Affaire Louis Robert – Le SPGQ poursuit sa lutte pour la liberté d’expression des experts

31 juillet 2019

Québec, le 31 juillet 2019 — Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) entend continuer de lutter pour garantir la liberté de parole des experts lorsqu’il s’agit de protéger la santé et la sécurité des Québécois. L’affaire Louis Robert a démontré que les lanceurs d’alerte étaient bien mal protégés.

« Nos professionnels veillent à la qualité de l’eau, de l’air, de la terre et des aliments, rappelle Line Lamarre, présidente du SPGQ. Leur mission est de protéger la population d’abord et avant tout. Leurs analyses méritent d’être entendues. Ils ne doivent pas être muselés. »

La liberté d’expression et la liberté de presse sont deux principes fondamentaux en démocratie. Tout en reconnaissant que ces droits viennent avec des responsabilités importantes, le SPGQ juge que ses membres devraient pouvoir s’exprimer plus librement sur les questions d’intérêt public.

Le devoir de loyauté des professionnels du gouvernement ne devrait pas les empêcher de dénoncer des situations problématiques. Le SPGQ espère que le gouvernement aura eu sa leçon avec la saga de l’agronome Louis Robert et que plus jamais un salarié ne se retrouvera dans une telle tempête pour avoir voulu protéger le public.

Mieux protéger les lanceurs d’alerte

Le gouvernement a indiqué son intention de réviser la Loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles à l’égard des organismes publics cet automne. Le SPGQ suivra ces travaux avec attention afin que les lanceurs d’alertes soient mieux protégés.

Rappelons que Louis Robert avait été congédié du MAPAQ le 24 janvier 2019, après 32 années de service, pour avoir dénoncé aux médias l’ingérence de lobbyistes en faveur des pesticides au Centre de recherche sur les grains (CÉROM).

 

À propos du SPGQ
Le SPGQ est le plus grand syndicat de personnel professionnel du Québec. Créé en 1968, il représente près de 28 000 spécialistes, dont environ 20 000 dans la fonction publique, 5 050 à l’Agence du revenu du Québec et 2 950 en santé, en éducation et dans les sociétés d’État.

 

— 30 —

 

Source
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Renseignements
Nathalie Côté
Conseillère à l’information
418-780-5107 | nathalie.cote@spgq.qc.ca

Suivre le SPGQ
Web : www.spgq.qc.ca
Twitter : twitter.com/spgq
Facebook : www.facebook.com/lespgq