Rapport de l’ISQ sur l’état et l’évolution de la rémunération des salariés :
Le gouvernement est incapable d’attirer et de retenir les experts

Québec, le 1er décembre 2017 – Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dénonce l’appauvrissement que subissent les professionnelles et professionnels de l’État québécois depuis de trop nombreuses années, comme le souligne le rapport annuel de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) portant sur l’état et l’évolution de la rémunération des salariés québécois.

Le retard salarial du personnel professionnel de l’État avec ceux d‘autres administrations publiques a augmenté de 1,4 point de pourcentage, passant de 18,1 % en 2016 à 19,5 % en 2017. L’écart s’est aussi creusé avec les salariés des entreprises publiques, passant de 17,4 % à 18,8 %, de 21 % à 23,1 % avec ceux l’administration fédérale et de 15,7 % à 19 % avec ceux de l’administration municipale. Il s’est maintenu à près de 11 % avec les professionnels du réseau universitaire. « Le pire, c’est que cela n’est qu’une moyenne ! Dans les secteurs névralgiques comme l’informatique où la concurrence est forte, cet écart peut atteindre jusqu’à 70 %. Le gouvernement n’est vraiment pas dans la même ligue que ses compétiteurs pour attirer les experts dont il a besoin afin d’endiguer le gaspillage de fonds publics », déplore le président du SPGQ, Richard Perron.

En 2017, le personnel professionnel de l’État encaisse un retard de rémunération important, et ce, bien que la rémunération globale soit prise en compte : même le régime de retraite et les avantages sociaux n’arrivent pas à combler cet écart ! En effet, en 2017, l’écart relatif de la rémunération globale s’est maintenu à plus de 22,4 % par rapport aux professionnels qui exercent les mêmes tâches dans les autres administrations publiques québécoises.

Ces autres administrations publiques sont, entre autres, le réseau universitaire, les entreprises publiques, l’administration fédérale et l’administration municipale. En 2017, le personnel professionnel de l’État accuse un retard de rémunération globale de 13,6 % avec le réseau universitaire, de 22,3 % avec les entreprises publiques, de 23,7 % avec l’administration fédérale et de 30,2 % avec l’administration municipale.

« Ce rapport confirme encore que le gouvernement du Québec est en très mauvaise position pour embaucher et retenir les experts que la commission Charbonneau lui demande pourtant de valoriser. Des ajustements salariaux substantiels pour les professionnels de l’État sont incontournables pour conserver une fonction publique compétente et attrayante. Sans oublier l’importance d’améliorer et de mettre à profit une solide expertise interne, comme l’indiquait la vérificatrice générale dans son rapport accablant concernant les scandales qui secouent la Société québécoise des infrastructures. Le gouvernement doit prendre des mesures concrètes pour enrayer le gaspillage de fonds publics », conclut Richard Perron.

 

À propos du SPGQ

Le SPGQ est le plus grand syndicat de personnel professionnel du Québec. Créé en 1968, il représente environ 24 900 experts, dont près de 17 600 dans la fonction publique, 4 600 à Revenu Québec et 2 700 en santé, en enseignement supérieur et dans les sociétés d’État.

— 30 —

Source

Philippe Desjardins
Conseiller à l’information
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec
Cell. : 581 995-0762
Courriel : pdesjardins@spgq.qc.ca