Coalitions et affiliations du SPGQ – Un spectre de collaboration aux multiples facettes

19 juillet 2021

Article publié dans le magazine L’Expertise – Juin 2021
par

Marc Dean, conseiller à la recherche et à la vigie

 

Le SPGQ est membre de plusieurs coalitions intersyndicales et de la société civile sur différents sujets et enjeux. Dans sa déclaration de principes, il « croit que la revendication des droits pour ses membres et que l’atteinte des objectifs qu’il se pose pour le Québec demandent des actions à tous les niveaux et posent la question des liens à développer avec les organisations syndicales, communautaires et populaires »1.

La pandémie n’a pas empêché – bien au contraire – des repré­sentantes et représentants du SPGQ de participer à différentes réunions et activités organisées par les coalitions dont le Syndicat est membre. En voici le panorama.

 

INTERNATIONALE DES SERVICES PUBLICS

L’Internationale des services publics (ISP), qui regroupe plus de 700 syndicats représentant environ 30 millions de travail­leuses et travailleurs à travers le monde, mène actuellement une campagne pour inciter l’Organisation mondiale du com­merce (OMC) à renoncer aux dispositions relatives aux droits de propriété intellectuelle pour les vaccins, les médicaments essen­tiels et les fournitures médicales afin de faciliter la réponse mon­diale à la pandémie de COVID-19.

L’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) de l’OMC permet aux entre­prises de limiter artificiellement l’offre mondiale en fournitures médicales, dont les vaccins, ce qui soutient des prix qui pour­raient être prohibitifs pour la majeure partie du monde. La sus­pension de l’ADPIC permettrait à l’humanité d’utiliser la pleine capacité de production de vaccins de toutes les entreprises du monde et ainsi de mettre fin à la pénurie de vaccins contre la COVID-19. L’humanité est prise dans une course contre la montre pour enrayer la COVID-19 avant que celle-ci ne mute en un variant résistant aux vaccins actuels. Une vaccination massive, rapide et coordonnée est nécessaire, avec la collaboration de tous les pays et des entreprises pharmaceutiques.

Deux représentantes du SPGQ ont fait partie de la délégation de l’ISP à la 65e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies.

 

RÉSEAU QUÉBÉCOIS SUR L’INTÉGRATION CONTINENTALE

Le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC), qui a pris son nom en 1994 lors du lancement par les États-Unis d’un projet de zone de libre-échange des Amériques, s’intéresse également à l’ADPIC, mais aussi, de façon plus générale, aux impacts sur les services publics des accords de libre-échange. L’Accord économique et commercial global (AECG) Cana­da-Union européenne est venu ouvrir les marchés publics qué­bécois aux entreprises européennes.

La règle du plus bas soumissionnaire fait en sorte que de plus en plus de PME québécoises perdent des contrats de biens et de services octroyés par les municipalités et par l’État québécois au profit de grandes entreprises européennes. Le Canada est en train de négocier le même accès aux contrats gouvernementaux avec le Royaume-Uni, qui a récemment quitté l’Union euro­péenne. Au grand dam du SPGQ, le gouvernement sous-traite de plus en plus de services professionnels, et les entreprises étrangères sont sur les rangs pour obtenir des contrats gouver­nementaux grâce à la libéralisation des marchés publics québécois et canadien.

 

CAMPAGNE 5-10-15

Plus près d’ici, la campagne 5-10-15 a pour mission d’appuyer les travailleuses et travailleurs afin qu’ils connaissent leur horaire 5 jours à l’avance ; bénéficient de 10 jours de congé payé pour cause de maladie ou de responsabilités familiales ; et reçoivent un salaire minimum de 15 $ l’heure. La campagne s’est réjouie de l’intention du gouvernement fédéral de présenter un projet de loi pour hausser le salaire minimum des entreprises sous juridiction fédérale à 15 $ l’heure.

Depuis cinq ans, la campagne revendique un salaire minimum à 15 $ l’heure pour aider à la sortie de pauvreté d’un nombre important de nos concitoyennes et concitoyens travaillant dans des secteurs essentiels, dont l’utilité a d’ailleurs été démontrée pendant la pandémie (épiceries, dépanneurs, centres pour per­sonnes âgées, etc.). La campagne a entrepris de réviser ce montant pour s’assurer qu’il réponde toujours à l’objectif de sortir de la pauvreté.

 

COALITION POUR LA RÉFORME ÉLECTORALE MAINTENANT !

La Coalition pour la réforme électorale maintenant! lancée par le Mouvement démocratie nouvelle, talonne le gouverne­ment de la Coalition avenir Québec (CAQ) depuis plusieurs mois pour qu’il entreprenne en commission parlementaire l’étude, article par article, du projet de loi no 39 visant à établir un nou­veau mode de scrutin. On sait que la CAQ, Québec solidaire et le Parti québécois se sont engagés conjointement à réformer le processus électoral afin de mettre en place un nouveau mode de scrutin mixte avec compensation régionale.

Un référendum devait avoir lieu en même temps que l’élection générale de 2022 pour valider la démarche, puis tenir les pre­mières élections avec le nouveau système en 2026. Le Directeur général des élections du Québec a fixé à juin 2021 l’échéancier de l’adoption du projet de loi afin de lui donner suffisamment de temps pour organiser le tout en 2022.

 

COLLECTIF ÉCHEC AUX PARADIS FISCAUX

Le collectif Échec aux paradis fiscaux a pour objectif de mettre fin au recours aux paradis fiscaux par les plus fortunés et par les multinationales, tant au Québec qu’au Canada, afin de diminuer ou d’éliminer leurs impôts. Récemment, le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi no 78 pour créer un registre des bénéficiaires ultimes visant à lutter contre la criminalité corpo­rative. Ce projet de loi a fait l’objet d’un article dans le numéro précédent de L’Expertise. Au moment d’écrire ces lignes, le projet de loi n’avait pas encore été appelé pour son étude détaillée en commission parlementaire.

 

INTERSYNDICALE DES FEMMES

Tout comme le SPGQ, l’Intersyndicale des femmes s’est récem­ment intéressée à la réforme de la santé et de la sécurité du travail, pilotée par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet. Outre la défense de la santé mentale, elle a concentré son action sur les reculs que cette réforme amène en ce qui a trait, entre autres, au retrait préventif des femmes enceintes, à la violence conjugale ou familiale, à la liste des mala­dies professionnelles donnant droit à une indemnité, aux lésions psychologiques et aux troubles musculosquelettiques.

 

RÉSEAU INTERSYNDICAL POUR LE CLIMAT

Récemment, à l’occasion du Jour de la Terre, le mouvement syn­dical québécois a lancé le Réseau intersyndical pour le climat (RICQC), qui a pour objectif d’unir les efforts vers une transition énergétique juste. Quelques webinaires sur la transition juste ont été organisés jusqu’à maintenant.

 

LIGUE DES DROITS ET LIBERTÉS

Le SPGQ s’est aussi joint à la Ligue des droits et libertés, qui organise entre autres des webinaires sur des sujets chauds, par exemple la reprise collective du système de santé. Au coeur de plusieurs luttes sociales importantes, la Ligue protège les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels depuis plusieurs décennies.

 

PARTENAIRES POUR UN QUÉBEC FRANÇAIS

La situation du français au Québec interpelle le SPGQ et ses membres. C’est pourquoi le Syndicat s’est joint, à la fin janvier, aux Partenaires pour un Québec français (PQF). Cette table de concertation, regroupant 10 organisations civiles et syndicales, souhaite faire du français la véritable langue commune et offi­cielle du Québec.

La coalition a proposé 54 recommandations pour résoudre les problèmes identifiés dans la Charte de la langue française et pour assurer une meilleure connaissance du français ainsi qu’un meil­leur accès à la culture francophone.

 

COALITION DES SYNDICATS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Enfin, la Coalition des syndicats de la fonction publique s’est réunie régulièrement au cours de la dernière année pour échan­ger des informations sur les négociations d’un nouveau contrat de travail avec le gouvernement et sur les mesures prises par ce dernier pour répondre à la pandémie de COVID-19, notamment le télétravail.

 

CONSEIL QUÉBÉCOIS DES SYNDICATS PROFESSIONNELS

Quant à lui, le Conseil québécois des syndicats professionnels, qui regroupe des professionnelles et professionnels des munici­palités, des sociétés d’État, des universités et de la fonction publique, a échangé sur la pandémie de COVID-19, sur le télétra­vail, sur la négociation des conventions collectives et sur le devoir de représentation.

Cette coalition rassemble, sur une base volontaire, des syndicats et des associations de personnes salariées professionnelles. Elle assure notamment un mécanisme permanent de concertation en matière de relations du travail.

 

À travers cette panoplie d’enjeux et de causes sociaux, nul besoin d’être un grand sage pour percevoir que le SPGQ embrasse large ! Avec la sortie de crise pandémique et la relance économique à venir, parions que la collaboration du Syndicat à ces multiples coalitions et affiliations n’est pas près de s’estomper !