Recrutement de spécialistes en TI – Québec favorise le privé au détriment de ses propres ressources

27 janvier 2021

Québec, 22 janvier 2021 – Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) juge déconcertante la décision du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, d’injecter 19 millions $ pour encourager les entreprises privées à améliorer les qualifications de leurs employés en technologies de l’information (TI).

« Ce gouvernement semble prendre un malin plaisir à ouvrir généreusement ses goussets pour aider les entreprises privées à combler leurs besoins en ressources humaines, spécifiquement en TI. En parallèle, il méprise ses propres professionnels des TI en menant avec le syndicat qui les représente une négociation de façade qui piétine malgré plus d’un an de pourparlers stériles. Quelle injustice pour nos membres ! » s’indigne Line Lamarre, présidente du SPGQ.

En agissant ainsi, le SPGQ est d’avis que le gouvernement investit dans les qualifications de ses futurs sous-traitants en informatique. Le SPGQ croit que le gouvernement actuel emboîte le pas aux vieilles méthodes libérales qui favorisent le recours à la sous-traitance abusive. L’efficacité et la maîtrise des projets ne peuvent devenir tangibles qu’en disposant des ressources suffisantes. Pour ce faire, la fonction publique doit être attrayante en offrant des conditions avantageuses par rapport aux autres administrations et au secteur privé.

« Le SPGQ reconnaît que la pandémie, le télétravail contraint et la diminution des déplacements ont dopé la demande pour des expertes et des experts en TI. Cependant, cette demande croissante existe aussi, et depuis longtemps, au sein de l’administration publique. En offrant des salaires dérisoires à ses propres spécialistes en informatique, le principal défi du gouvernement devrait consister à les conserver, non pas à forcer un exode de son expertise interne au profit du privé, et certainement pas en déroulant un pont d’or au bénéfice des entreprises privées » observe la présidente du SPGQ.

Si le gouvernement est sincèrement déterminé à reprendre le contrôle de ses projets informatiques, la fonction publique devrait mener une offensive de recrutement tous azimuts afin de combler d’abord ses propres besoins, estime le SPGQ, pas ceux des entreprises privées. Selon le syndicat, cette aide gouvernementale annoncée par le ministre Boulet sous forme de subventions salariales pouvant aller jusqu’à 85 % du salaire dénote une très mauvaise lecture de la situation, sauf à en considérer la portée électoraliste.

« Rapport après rapport, le Vérificateur général du Québec ne cesse pourtant d’inciter les élus à mieux encadrer l’utilisation des ressources externes et à revaloriser l’expertise interne en ajoutant des effectifs. L’annonce du ministre Boulet va totalement à l’encontre de ces constats récurrents, comme si l’État décidait d’abandonner au privé la maîtrise de ses fonctions stratégiques. C’est à n’y rien comprendre », conclut Mme Lamarre.

 

À propos du SPGQ

Le SPGQ est le plus grand syndicat de personnel professionnel du Québec. Créé en 1968, il représente près de 29 000 spécialistes, dont environ 20 650 dans la fonction publique, 5 400 à l’Agence du revenu du Québec et 2 950 en santé, en éducation et dans les sociétés d’État.

— 30 —

 

Source
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec
 
Renseignements
Philippe Desjardins
Conseiller à l’information
581 995-0762 | pdesjardins@spgq.qc.ca
 
Suivre le SPGQ
Web : spgq.qc.ca
Twitter : twitter.com/spgq
Facebook : facebook.com/lespgq
YouTube : youtube.com/c/SpgqQcCaquebec
LinkedIn : ca.linkedin.com/company/spgq