Revenu Québec – Des conditions qui rendent ardue l’embauche de professionnels

22 novembre 2018

Québec, le 21 novembre 2018 — Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) dénonce les conditions d’embauche qui rendent ardue l’attraction et la rétention de professionnelles et de professionnels, comme rapporté par les médias ce matin pour le Groupe d’intervention spécialisé en planifications fiscales internationales.

 

Pour justifier cette situation, Revenu Québec pointe le contexte actuel de plein emploi et le profil spécifique recherché pour pourvoir les postes liés à cette escouade. Celle-ci est censée traquer les citoyens et les entreprises qui cachent leurs revenus dans les paradis fiscaux.

 

« La direction de Revenu Québec jongle avec la réalité, car les professionnelles et professionnels faisant partie du Groupe d’intervention spécialisé sont, pour la majorité, déjà employées et employés de Revenu Québec au sein d’autres directions. L’attraction que fait valoir Revenu Québec n’est clairement pas mise en place pour recruter de nouveaux talents à l’externe », dénonce Richard Perron, président du SPGQ.

 

Le SPGQ estime que l’argument de plein emploi invoqué par Revenu Québec n’est pas faux, mais il masque une tout autre réalité, celle de conditions salariales pitoyables. « À preuve, l’employeur n’a présenté aucune bonification de l’offre salariale depuis son dépôt du 22 mai 2018 lié à la négociation de la convention collective de son personnel professionnel. Malgré la perte de mobilité subie par le personnel professionnel depuis la création de l’agence en 2011, l’employeur propose toujours des salaires non concurrentiels à ses expertes et experts », rappelle le président du SPGQ.

 

Selon le SPGQ, les programmes de vérification comme le Groupe d’intervention spécialisé en planifications fiscales internationales sont une mise en scène à peine subtile pour attraper uniquement de petits poissons. Pendant ce temps, les fraudeurs à cravate déjouent le système en ayant à leurs services des expertes et des experts payés à grands frais pour identifier les façons d’éviter l’impôt.

 

« Les professionnelles et de professionnels ayant l’expertise pour manœuvrer à travers cet univers fiscal, juridique et comptable complexes, ne choisiront pas un employeur comme Revenu Québec alors que ce dernier reste terré dans son incapacité à remplir ses promesses de meilleures conditions pour son personnel. Elles et ils préféreront évoluer au sein de l’Agence du revenu du Canada, là où les salaires sont d’au moins 25 % supérieurs, ce qui favorise réellement l’attraction et la rétention des employées et employés. Malheureusement, bien que cette situation favorise l’évitement fiscal et la fraude au Québec, elle n’a pas empêché Revenu Québec d’offrir à ses cadres une augmentation salariale moyenne de 15,3 % sur trois ans dans les années suivant la création de l’agence en 2011 », conclut M. Perron.

 

Rappelons que les 4 600 professionnelles et professionnels de Revenu Québec — toutes et tous membres du SPGQ — sont en grève illimitée, de soir et de fin de semaine, depuis le 30 octobre. Cette grève se poursuit en raison du manque de volonté du gouvernement qui refuse d’investir les ressources nécessaires pour lutter efficacement contre l’évasion fiscale, la planification fiscale abusive et les paradis fiscaux.

 

À propos du SPGQ

Le SPGQ est le plus grand syndicat de professionnelles et de professionnels du Québec. Il représente au total 25 500 spécialistes, dont environ 18 000 dans la fonction publique, 4 500 à l’Agence du revenu du Québec et 3 000 en santé, en éducation et dans les sociétés d’État.

 

— 30 —

 

Source
Philippe Desjardins
Conseiller à l’information
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec
Cell. : 581 995-0762
Courriel : pdesjardins@spgq.qc.ca
Suivre le SPGQ
Web : www.spgq.qc.ca
Twitter : twitter.com/spgq
Facebook : www.facebook.com/lespgq