Soulager le stress financier des locataires

30 juin 2020

Québec, le 30 juin 2020 – La pandémie de COVID-19 a entraîné des fermetures d’entreprises, des réductions d’heures de travail et des pertes d’emploi. Pour plusieurs locataires, payer le loyer est donc devenu une source de stress importante. La Société d’habitation du Québec (SHQ) a notamment mis en place un programme d’aide financière pour les aider.

Étant donné l’urgence de la situation, elle s’est associée au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH). Des employés des deux organisations ont travaillé d’arrache-pied pour aider les locataires dans le besoin rapidement.

Parmi ceux-ci : Yanick Guillot, conseiller en architecture de solutions au MAMH, Michel Turcotte, conseiller en financement à la SHQ et Osmane Akchiche, conseiller en architecture d’affaires et intégrateur à la SHQ. Une vingtaine d’autres personnes ont aussi fait partie de l’équipe. Ils ont entre autres créé des formulaires électroniques permettant à une personne incapable de payer son loyer, en raison d’une perte de revenus liée à la pandémie, de recevoir un prêt pouvant atteindre 1500 $. Les bénéficiaires auront jusqu’au 1er août 2021 pour rembourser le prêt sans intérêt.

Pandémie oblige, le tout a été réalisé en télétravail. « Nous faisions des visioconférences quotidiennes. Certains devaient composer avec la présence des enfants à la maison. Il a souvent fallu travailler le soir et les fins de semaine, mais nous avons relevé le défi », indique M. Guillot.

« Notre principal défi dans ce projet était le temps, explique-t-il. Pour aider les locataires rapidement, il a fallu saisir les données et recevoir les demandes en trois semaines puis verser l’aide en deux semaines. En temps normal, cela aurait pris environ trois mois à réaliser, mais l’équipe aurait été plus réduite. » La performance était un autre enjeu puisqu’un grand nombre de personnes devait pouvoir remplir une demande et envoyer les documents nécessaires simultanément. Comme des données sensibles étaient transmises, la sécurité était aussi importante.

Pour l’équipe, ce projet était motivant et gratifiant. « Notre travail a servi à aider des gens très concrètement durant la crise », souligne M. Guillot. Habitué à travailler en « avant-projet » pour évaluer les besoins et les meilleures solutions à mettre en place pour y répondre, il s’est retrouvé au cœur de l’équipe de réalisation. « Nous avons travaillé dans l’urgence et nous avons malgré tout réalisé un produit de qualité, à la fois robuste et sécuritaire », explique-t-il.

À travers cette aventure, l’équipe a non seulement donné un bon coup de pouce aux locataires, mais elle a aussi réalisé plusieurs apprentissages. « Nous avons exploré des possibilités techniques auxquelles nous n’avions jamais touché auparavant, note M. Guillot. Nous pourrons les réutiliser pour d’autres types de projets. »