Tournée régionale – La présidente du SPGQ rencontre ses membres

6 février 2020

Québec, le 7 février 2020 — La présidente du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Line Lamarre, a entamé cette semaine une tournée régionale qui l’amènera un peu partout dans la province au cours des prochains mois.

La première rencontre a eu lieu en Outaouais. Les suivantes sont prévues aux dates suivantes :

20 février : Laval/Laurentides
5 mars : Lanaudière
19 mars : Montérégie
2 avril : Estrie
16 avril : Chaudière-Appalaches
23 avril : Trois-Rivières
30 avril : Bas-Saint-Laurent
11 mai : Saguenay

 

Mme Lamarre souhaite rencontrer les membres afin de discuter de l’importance de leur rôle et de leur expertise au sein de l’État ainsi que de la valorisation, de la reconnaissance et du respect que le gouvernement devrait leur témoigner. La présidente du SPGQ profite aussi de l’occasion pour rencontrer les représentants des médias.

Plus de respect pour les professionnels de l’État

L’un des enjeux majeurs auxquels est confronté le SPGQ, dont les membres sont des femmes à 56 %, est la discrimination systémique. Les secteurs à majorité féminine subissent des écarts salariaux importants par rapport aux milieux majoritairement masculins. Cette injustice doit cesser, c’est une question de respect! Le SPGQ réclame d’ailleurs des ajustements de 4 % en 2020, de 2 % en 2021 et de 2 % en 2022 pour les secteurs à majorité féminine afin d’enrayer ce régime discriminatoire.

Les professionnels doivent également pouvoir compter sur une retraite convenable. Actuellement, l’absence d’indexation au coût de la vie du régime de retraite entraîne l’appauvrissement des retraités. Plus ils vieillissent, plus leur pouvoir d’achat diminue. C’est un très grand manque de respect envers des personnes qui ont consacré les plus belles années de leur vie au service public.

Reconnaître et valoriser l’expertise

Les professionnels de l’État font partie des 17 % de la société qui ont mené à terme des études universitaires ou ils ont su se démarquer par leur expérience. Ils sont détenteurs d’une expertise essentielle au bon fonctionnement de l’État et le gouvernement doit le reconnaître. Ces dernières années, ils ont dû composer avec des augmentations salariales faméliques. L’absence d’indexation au coût de la vie a aussi entraîné un appauvrissement des professionnels. Avec des surplus de plus de 8 milliards $ avant versement au Fonds des générations, le gouvernement a les moyens de leur offrir les conditions de travaillent qu’ils méritent.

Afin d’attirer et retenir les meilleurs talents, le gouvernement doit être un employeur de choix. Cela passe entre autres par une participation équitable au régime d’assurance collective et des mesures de conciliation travail-famille-vie personnelle avantageuses.

« Les professionnels de Laval et des Laurentides contribuent activement au mieux-être de tous les Québécois. Souvent invisibles, peu reconnus et rarement spectaculaires, les gestes qu’ils posent au quotidien assurent pourtant la stabilité, le bon fonctionnement, la planification, le rayonnement et la santé des institutions québécoises. Après 40 ans d’appauvrissement malgré leur importante contribution à la santé actuelle des finances publiques du Québec, ils méritent d’obtenir davantage de valorisation, de reconnaissance et de respect », indique Mme Lamarre.

 

À propos du SPGQ

Le SPGQ est le plus grand syndicat de personnel professionnel du Québec. Créé en 1968, il représente plus de 28 000 spécialistes, dont environ 20 250 dans la fonction publique, 5 100 à l’Agence du revenu du Québec et 2 825 en santé, en éducation et dans les sociétés d’État. Quelque 1132 d’entre eux travaillent dans les régions de Laval et des Laurentides.

 

— 30 —

 

Source
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec
 
Renseignements
Philippe Desjardins
Conseiller à l’information
581 995-0762 | pdesjardins@spgq.qc.ca
 
Suivre le SPGQ
Web : www.spgq.qc.ca
Twitter : twitter.com/spgq
Facebook : www.facebook.com/lespgq